systémique et modélisation

, par Henri Planchon

La démarche systémique cherche à construire l’intelligibilité des phénomènes complexes. La complexité est formée par l’irruption d’incertitudes, d’aléas et d’indéterminations qui constituent un progrès dans la connaissance de la détermination. La complexité est intelligible par conjonction. La systémique, plutôt que de réduire de manière disjonctive les phénomènes, s’efforce au contraire de conjoindre ces aspects pour les intégrer dans une conception pertinente et globale.

Face à un donné, la première configuration perceptive est trop complexe pour avoir valeur de connaissance. Une connaissance doit par définition pouvoir être mobilisée pour permettre une transmission à autrui. C’est la fonction d’abstraction qui permet de passer de la configuration perceptive à l’image cognitive. Le sujet connaissant prélève un nombre limité d’indices significatifs dans une configuration perceptive pour établir un schéma qui est posé comme équivalent à la configuration première. C’est ce schéma de connaissance qui constitue ce que nous nommons "Modélisation systémique".

Une modélisation ne donne pas la réponse à un problème, elle pose un problème et le représente, en même temps qu’elle participe - et aide - à sa résolution. La solution du problème n’est pas une découverte mais une construction qui s’origine au sein de la situation-problème. Il est donc nécessaire, pour résoudre le problème, de réfléchir sur la modélisation, de méditer, comme devant un tableau ou face à une poésie, afin de percevoir ce qui ne peut se voir dans l’immédiat, afin de saisir ce qui n’est pas dit.

Pour approfondir la science des systèmes on pourra se référer aux écrits de Protagoras, Vico, Léonard de Vinci, Paul Valéry, Bertalanffy, Bachelard et Edgar Morin.

Calendrier