utilisation pratique des planches ACIM : les "5 ex-"

lundi 17 avril 2006, par .

Telle qu’elle a été conçue au départ, la démarche ACIM fait s’enchaîner cinq étapes (appelées "les 5 ex- ") dont le déroulement accompagne l’exploitation des planches (modélisations) :

Exploration :
C’est le moment où l’on prend contact avec la modélisation. Il s’agit d’affronter (collectivement et individuellement) une situation complexe, de commencer à se repérer dans l’espace de la planche, puis de l’explorer et analyser activement. On y découvre des éléments connus, on projette des images personnelles, on propose des mots pour en rendre compte.
C’est un temps d’expression orale et de mobilisation intellectuelle où l’on pourra expérimenter des premières hypothèses, prendre conscience de l’existence de différentes interprétations possibles, mais aussi convenir d’un vocabulaire commun. Parallèlement, on s’entraîne à se confronter à un problème, à se familiariser avec un certain chaos. L’enseignant, durant ce temps, peut évaluer quelque chose du niveau actuel du groupe et orienter ainsi la suite du travail.

Expérimentation :
C’est le temps de la recherche proprement dite. À partir du problème posé par la modélisation, il s’agit d’entrer dans les activités proposées par l’enseignant, mais aussi prendre en compte les idées de consigne qui ont pu émerger du groupe lui-même. Intervient l’élaboration de démarches cognitives et de raisonnements au travers de la mise en activité graphique de l’élève sur la planche (colorier, tracer, repasser, compléter, écrire,...) ;
Il s’agit d’une expérimentation active, faite de recherche, d’investigation, de mise à l’épreuve d’hypothèses,... Le travail est individuel au début, suivi par un temps de discussion, confrontation et validation collectives.

Explicitation :
C’est le moment consacré à la mise en forme des résultats, à l’énonciation des lois, à la verbalisation, organisation et institutionnalisation des connaissances.
Durant ce troisième temps, on reprend ce qui a été produit spontanément et intuitivement pendant l’expérimentation dans le but d’unifier, reformuler, organiser et normaliser les nouvelles connaissances, de découvrir la cohérence d’un champ conceptuel ou la vision globale d’un algorithme.

Exploitation :
Il s’agit de l’application directe du contenu de l’explicitation à des situations apparentées. C’est un moment d’entraînement (et non d’évaluation) et d’articulation avec la réalité concrète. C’est aussi le temps des réalisations pratiques s’appuyant sur les nouvelles connaissances qui ont été dégagées. Celles-ci sont introduites dans des situations et problèmes aussi variés que possible afin de valider et éprouver leur utilité, de délimiter leur champ d’utilisation.

Extension :
Sont proposés différents prolongements et approfondissements facultatifs, mais aussi des liens avec d’autres connaissances, des ouvertures où trouvera à s’exercer la créativité individuelle de chacun.

Articles